Vendredi 22 Novembre, chez les “Six”

Pendant la semaine de convalescence d’Artémis, les Six surveillent le Manoir, Sombre campe sur l’île en autarcie en effrayant les jeunes inconscients qui “maltraitent” les animaux et surveille les rondes de surveillance (patrouilles de malfrats armés qui “protègent” le manoir)… Ils visitent le musée comme tout le monde, mais aucune trace des dégâts des jours précédents. Faucon questionne le commissaire Silas (son nom était sur la liste des bienfaiteurs trouvée dans le bureau du musée) mais sans résultat. Elektreuil tente de déchiffrer les symboles occultes sur les polaroïdes qu’il avait pris des œuvres du musée et du dessus de porte : il reconnait le symbole des Architectes (secte).

Vers la fin de la semaine, Eurêka repère depuis l’Argo le même navire de transport de marchandises que la dernière fois, il le voit accoster au quai menant un Manoir, mais personne n’en sort et aucune activité dessus. Le bateau reste quelques heures puis repart. La seule déduction possible est un installation de déchargement et/ou des passages secrets sous le quai. Il demande à Sombre d’aller y jeter un œil. Celui-ci y va le lendemain soir en relevant au passage toutes les caméras du domaine et l’énorme grille d’aération. Il fouille et remarque qu’il y a de grandes infrastructures aquatiques sous le quai.

Comme l’équipe est à nouveau au complet, on va tous à la bouche d’aération du Manoir, où Sombre précède tout le monde pour descendre en mode “karaté kid”. On descend quelques centaines de mètres dans le noir grâce à une échelle jusqu’à une énorme pale de ventilation. Elektreuil la disjoncte (alarme) et Sombre casse une pale grâce à l’acide. On continue à descendre quelques dizaines de mètres jusqu’à une porte donnant sur un conduit de maintenance qui part dans la direction du Manoir. On prend ce tuyau et on attérit dans une immense salle d’usine(~300m²), avec des grosses machines de production partout. Prométhéa ouvre l’un des robinets d’une série, il s’en écoule un liquide vert foncé qui sent très fortement l’ichor. On en prend plein d’échantillons. Des armoires à dossiers sont rangées dans un coin, et Eurêka va étudier tout ça, prendre des photos. On traverse l’usine certain par les passerelles en haut, les autres au sol pour arriver devant une unique grande porte haute de 3/4m. On l’ouvre et on tombe nez à nez avec quatre types armés et surpris et un dernier accroupis à travailler. Trois d’entre eux sont tétanisés (deux de peur et un de rire) à la vue de Prométhéa, ce qui permet de les maîtriser (un seul survit), un autre bloque Faucun qui tentait de l’immobiliser, mais se fait tuer par Artémis, et Elektreuil tue le dernier. Celui-ci entre en frénésie psychotique dans un mélange de  culpabilité et de colère. Sombre le fléchette comme les autres. On les fouilles, mais ils n’ont que leurs papiers et leurs armes. On réveille les deux “belles aux bois dormants”, et on questionne le garde. En vain. On entre dans le sas de décontamination (quelques minutes avec une musique pas top). On arrive dans un laboratoire avec des corps comme momifiés, transformés en bois verdâtre sur des tables d’analyses, avec d’immenses cuves au fond de la salle, avec un petit hublot à chacune d’elle. Eurêka regarde ce qu’il y a dedans, il y a des êtres à l’origine humains, probablement les Zhongguos qui se sont transformés en végétales (style Ents) qui sont dans un liquide qu’ils respirent. Il décide de les libérer en vidant les cuves ce qui met quelques dizaines de minutes. Pendant la vidange des cuves, on retournes prendre tous les documents. Tous de retour dans le labo, Prométhéa installe un piège avec du tissus imbibé de l’ichor de l’usine pris en même temps que les papiers. Elle l’enflamme devant la porte d’entrée du labo (en face du sas de l’usine) car elle entend du bruit que se rapproche derrière. Cela créer en mur de flamme, quand la porte s’ouvre. On se prépare tous à partir et à combattre. Soudain un chien de l’enfer, totalement refait d’ichornétique passe à travers les flammes tranquillement. Artémis, ne comptant pas se retrouver comme il y a une semaine, lui décoche une flèche qui l’atteint entre les deux yeux, il tombe raid mort ce qui la rassure un peu. Mais un deuxième arrive beaucoup plus vite, Prométhéa l’entrave avec son fouet amis il avance quand même, encore plus hargneux, Artémis lui envoie une flèche à l’épaule sans résultat. Le chien se tourne vers elle et s’apprête à bondir, crocs en avant. Voyant ça, Sombre qui était à côté d’Artémis s’élance en roulade pour la protéger, mais le chien lui attrape l’épaule et ressert son étau. Faucon saute sur le chien et lui fait une clé de bras, ce qui lui casse une patte avant, mais rien ne desserre sa mâchoire surpuissante. Elektreuil le fini donc par un coup “dans sa face” lui écrasant le crâne. Artémis dégage Sombre des crocs du monstre et le soigne (elle lui remet les os en place et stoppe l’hémorragie), alors que celui-ci s’évanouit quelques instants. Le mur de flamme se tarit à vue d’œil mais il semble qu’il n’y ai plus personne derrière, où l’on retrouve le même couloir que la semaine précédente. Eurêka ouvre la première cuve vidée de son liquide, quand l’une des créature rampe vers lui en émettant des gargouillis rauques et lui agrippe le bras de plus en plus fort en le tirant. Il réussi à se libérer quand on repère tous de la végétation luxuriante progresser à travers tout le labo à une vitesse stupéfiante !!! On récupère tous les documents et l’un des cadavre de chien (celui avec la flèche dans la tête) et on fuit par le couloir menant au Musée. Sombre, lui, décide de poser du C4 partout en arrière et de tout faire griller pour que les créatures ne puissent envahirent plus. On ne sait pas de quoi elles sont capables ! Au passage, il libère le garde de l’usine et l’emmène par le conduit de ventilation, vitesse grand “V”. Une fois que l’équipe sort du Musée et repart avec l’Argo, Eurêka récupère Sombre et le garde grâce à son filin dans le conduit d’aération. A peine sortis (suspendus au bout de la corde) le minuteur déclenche l’explosion qui provoque une petite éruption et un énorme cratère… L’ichor des cuves à quelque peu amplifier l’explosion ! On dépose le chien et les échantillons chez Père Fouras à Kvasir, puis on revient au QG pour analyser les documents et appeler Rhéa pour qu’elle nous donne quelques renseignements. L’ichor vert foncé est le sang du titan Krios, mari de sa demi-sœur Eurybie. Il est le Dieu de la végétation, ce qui explique la forêt subite du labo. Ceux qui étaient aux Manoir faisaient des expérience sur les Zhongguos torturés avec l’ichor de Krios, surement non-raffiné… Mais qui sont-ils ????

Vous le découvrirez peut-être au prochain épisode des fantastiques aventures  des “Six” !!!