Accueil

Ichorpunk est un univers de jeu de rôles, qui vous plonge dans les méandres d’un monde parallèle au nôtre, une uchronie.

L’uchronie

Trois siècles avant Jésus-Christ, le conquérant Alexandros le Grand change ses plans, abandonne sa campagne avant d’atteindre l’Indus et retourne prématurément à Bâbil (Babylone) pour consolider son Empire. En conséquence, il mourra de grand âge, après avoir unifié une grande partie du bassin méditerranéen et mis un terme brutal à l’expansion de Rome en conquérant la jeune République.

Plusieurs siècles plus tard, dans l’Aftokratorias (appelé également « l’Empire »), la corruption fait rage des plus bas échelons de la police jusqu’aux hommes politiques les plus influents. Plus grave encore, la dernière prophétie de la Pythie a préparé depuis des siècles le commun des mortels au très proche retour des Titans. Depuis quelques années, une violence sans précédent éclate partout. Meurtres en série, rituels sanglants, guerres de gangs et apparitions de créatures cauchemardesques, tout semble indiquer que l’Humanité, oubliée des dieux, plonge peu à peu dans la folie.

L’ambiance

Le niveau technologique du monde d’Ichorpunk est globalement proche de celui de nos années 60, avec une économie basée non pas sur le pétrole, mais sur une substance étrange appelée l’ichor. Teintée de cyberpunk, l’ambiance générale est plutôt désespérée, tant la fin du monde semble proche. De nombreuses organisations luttent les unes contre les autres, d’aucunes pour réveiller les forces occultes de Gaïa, d’autres pour les en empêcher, et bien sûr la plupart pour simplement tirer leur épingle du jeu.

Les épopées

Les épopées d’Ichorpunk se déroulent fréquemment dans l’une de ces trois grandes villes :

  • Athenai, capitale de l’Aftokratorias, une métropole surpeuplée et polluée, à la culture autrefois flamboyante mais à la corruption galopante, foyer de nombreuses organisations criminelles actives dans tout l’Aftokratorias
  • Chelsith, capitale du Bretinia Rike, à la fois grand centre financier et industriel et Mecque du sterk rolo, une musique violente et sauvage sur fond de guitares électriques
  • New Haven, plus grand port des OPE, à la frontière entre les civilisations occidentales et les traditions amérindiennes

Le jeu débute dans les années 750 après Alexandros [MG pour « meta gennisi », « après la naissance »], ce qui correspond aux années 393 apr. JC et suivantes de notre calendrier réel.

Les personnages joueurs

Dans Ichorpunk, les personnages joueurs sont ce que l’on appelle communément des Paragons, c’est à dire des agents d’une faction. Un Paragon est un expert d’un domaine relativement précis (combat, surveillance, sécurité, investigation, etc.) qui agit pour le compte d’une entité économique, politique ou encore occulte, appelée un Organe. En tant que Paragons, les personnages joueurs accomplissent des missions, parfois légales, parfois troubles, parfois franchement illégales, dans leur pays ou aux quatre coins de Gaïa.

Certains Paragons sont dits “affiliés”, c’est à dire qu’ils travaillent spécifiquement et exclusivement pour un Organe, tandis que d’autres sont dits “francs”, c’est à dire qu’ils travaillent pour le plus offrant, ou le plus correspondant à leurs opinions ou leurs besoins du moment. L’un et l’autre choix implique des obligations différentes… en effet, un Paragon affilié peut généralement compter sur le soutien de son organisation, pour autant qu’il reste dans les limites de la laisse que cette dernière attache à son cou. Un Paragon franc, quant à lui, pourra choisir son parcours avec une plus grande liberté, mais devra fréquemment faire des concessions pour survivre, les drachmes ne tombant pas tout à fait de Coéos.

Quels que soient leurs compétences et leurs parcours professionnels, les Paragons sont avant tout des êtres humains, avec des affinités, des émotions, des passions, qui vont être confrontés peu à peu à la réalité du monde d’Ichorpunk.

Le réveil des Titans, qui sonnera probablement la fin de l’Humanité, est proche. Ou pas.

Les commentaires sont clos.